Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

L’HISTOIRE DES HISTOIRES

 

Conte Indien

 

 

Un jour, je ne sais plus ni quand ni où, une pensée s’est posée sur moi. Ne croyez pas que cela soit si étonnant ... Parfois,  les pensées sont fatiguées   et alors elles se reposent. Il suffit juste de tendre l’oeil et  l’oreille ...  Bref, la pensée qui s’était posée sur moi était très belle, elle disait simplement:

 

“Les mots sont l’eau des hommes”

 

 

C’est vrai que c’est beau - les mots sont l’eau des hommes mais à sert à quoi? Alors je l’ai rangée et c’est en découvrant l’histoire que je vais vous raconter maintenant que cette pensée est devenue très claire....

 

 

 

 

C’était un soir d’été, il y a bien longtemps. L’air était fournaise, le ciel même avait oublié de respirer. Et tous souffraient: les herbes, les bêtes, les hommes et les dieux aussi. Et justement, le dieu Shiva et sa très belle épouse, la déesse Parvati, étaient allés prendre le frais sur la terrasse de leur palais, construit au-dessus des nuages. Shiva s’était alangui sur un lit de repos. Il contemplait ses filles: les étoiles. Parvati, elle, s’agitait, tournait en rond comme un poisson dans un panier.... 

 

- Shiva, 

- Oui, ma douce,

- Raconte-moi une histoire

- Avec plaisir,

- Mais je veux une histoire rien que pour moi, une histoire que personne d’autre n’a jamais entendu .... 

 

Shiva a laissé monter les mots en lui et a commencé à raconter une histoire du début du monde lorsque celui-ci était encore jeune et frais. 

De l’ennui, le visage de la déesse est passé au contentement. L’histoire finie, elle en a réclamé une autre, et une autre, et une autre encore.... Et à chaque fois, Shiva a raconté et inventé, tout à la fois. Ses mots coulaient, roulaient, filaient, adoptant une course tantôt tranquille, tantôt tumultueuse? Et la musique des mots du Dieu-conteur emplissait la Nuit. Du contentement le visage de la déesse est passé à l’émerveillement puis à l’apaisement. Et la belle Parvati s’est endormie sur un lit de repos, de la terrasse, du son palais, construit au-dessus des nuages. 

 

Pris dans le fils de leurs histoires, ni Shiva ni Parvati n’avaient remarqué l’arrivée d’un serviteur. Il leur apportait du nectar de rose glacé et quand il avait entendu la voix du dieu s’élevait haute et claire au-dessus des nuages, il n’avait pas osé entré,  il avait attendu. Et d’attendu, il avait bien entendu et de bien entendu, il avait écouté ... Il avait écouté comme cela la première histoire et les suivantes. C’est d’abord la musique des mots qui la séduit. Puis, peu à peu les mots ont tracé en lui un cours nouveau et joyeux. Et plus il écoutait les histoires, plus il se sentait    heureux et même meilleur......

 

A la fin de son service, l’homme a emprunté le long escalier qui le ramenait sur terre et les mots vibraient en lui. Et quand il est arrivé sur la terre poussiéreuse, les mots vivaient en lui. Quand il  a passé le seuil de sa cabane, il a vu sa femme et sa joie est tombée La femme, elle était assise sur une natte, elle avait le visage plus creux qu’une écuelle. Elle était lasse, lasse de sa journée, de son travail, de la chaleur, de sa vie à porter.... Et l’homme ça lui a fait mal! L’homme s’est assis en face d’elle, il a pris une profonde inspiration et a laissé couler les mots. Il a raconté l’une des histoire entendue de la bouche du dieu. Au début sa femme, elle n’a pas compris; car pour tout vous dire, l’homme, d’habitude, était avare de paroles et un tel flot de mots, elle avait jamais entendu.  Puis elle s’est laissé prendre par le fil de l’histoire et elle a oublié sa fatigue. Et toute la nuit, l’homme a raconté et toute la nuit la femme a écoute. Toute la nuit,  il l’a baignée de mots et elle s’est laissé caresser. 

 

Le lendemain matin, la femme a pris la direction du palais Elle était l’une des servantes de la déesse. A la fin de la toilette de la déesse, tandis qu’elle coiffait la longue chevelure de Parvati, elle a eu envi de faire plaisir à sa maîtresse et elle a commencé à lui raconter l’une des histoires qu’elle avait entendu pendant la nuit. La déesse l’a écouté pendant quelques instants puis elle s’est levée bousculants tabourets et brosses sur son passage... 

 

- Shiva, Shiva, 

En attendant sa femme les cris de sa femme, Shiva est sorti de ses appartements. 

- Que vous arrive-t-il ma douce? 

- Shiva, Shiva, Vous m’avez menti, vous aviez promis de me raconter des histoires rien que pour moi, des histoires que personne d’autre n’avez jamais entendu et même, même ma servante les connaît ces histoires !!!! Expliquez-vous!!!!!!!!!!

 

Shiva ne peut rien expliquer, il sait bien lui qu’il a raconté et inventé tout à la fois. Il fait appeler la femme.  Et la femme arrive et raconte la fatigue de la journée, l’arrivée de son homme et cette étrange nuit passé au milieu des mots. Shiva convoque l’homme. Il est plus blanc qu’un bol de riz. 

 

- Oui, Grand Dieu j’étais sur le seuil de la terrasse et j’ai entendu les histoires. Elles étaient si belles. Quand je suis rentré chez moi, ma femme, elle allait pas bien et j’ai voulu lui faire plaisir. Je lui ai raconté les histoires mais je ne savais pas que c’était mal, je ne savais pas que c’était interdit....

 

Shiva est tout prêt à pardonner mais Parvati, est encore toute gonflée de colère. 

 

- Homme puisque tu aimes tant raconté, je te condamne. Tu parcourras la terre entière jusqu’à que tous les humains connaissent les histoires que tu m’as volé et ensuite, peut-être, tu pourras te reposer.... 

 

 

L’homme est parti le jour même sur les routes poussiéreuses et à chaque carrefour, à chaque place, à chaque fontaine, il a raconté et raconté encore à ceux qui voulaient bien l’écouter et même à ceux qui ne voulaient pas l’écouter. 

 

Certains vous diront qu’il l’ont croisé un jour, au détour d’une rue, qu’il raconte encore et qu’il est bien vieux et bien fatigué .. 

 

 

D’autres vous expliqueront que Parvati, après de nombreuses années, a enfin pardonné. Que l’homme a pu se coucher et qu’il est parti dans les étoiles.... et qu’il a retrouvé sa femme

 

Les derniers, enfin, vous raconteront que l’homme a beaucoup raconté et que ses mots sont tombés comme une pluie sur des hommes et des femmes et que ces hommes et ces femmes ont eu, à leur tour, l’envi de raconter. Et qu’en définitive, ce serviteur  indiscret, malchanceux, et très amoureux de sa femme est le père de tous les conteurs et de toutes les conteuses..... 

 

 

 

C’est la fin que je préfère et c’est celle que je vous offre ce soir..... 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de la photoconte
  • Le blog de la photoconte
  • : Blog qui évoque les activités de l'association de la Photoconte qui présente de contes, des photos, des diaporamas, des contes en langue des signes, de stages dans l'art de conter et d'écriture
  • Contact

Recherche

Liens